Portrait de Femme: Sultane Shajarat al-durr 27 avril 2021 – Posted in: Non classé

Aujourd’hui je vous parle de Sultane Shajarat Al-Durr. J’ai hésité à vous la présenter car cette femme a marqué l’histoire mais a également un côté sombre… Je pense cependant qu’il est bon de ne pas chercher à aseptiser ces femmes dont je vous dresse les portraits mais au contraire, vous les présenter avec leur ombre et leur lumière.

Shajarat, femme musulmane, fut la première femme à capturer un Roi de France sur un champs de bataille.

Un peu d’Histoire

En 1171, les Ayyoubides sont au pouvoir. Ils régnèrent sur l’Egypte, la Syrie et le Yémen. Cette dynastie fut fondée par Salladin. L’époque est aux croisades. Le Moyen-Orient est donc une région plutôt instable. En Egypte, se met en place un système assez courant dans le monde musulman de milices d’esclaves appelées « ghulam » qui accédaient souvent à des fonctions élevées dans les gouvernements. Composées d’enfants capturés pendant les guerres contre les non-musulmans, les mamlouks reçoivent une éducation religieuse et militaire. Une fois arrivés à l’âge adulte, ils sont par la suite affranchis et servent le sultan ou l’émir à qui ils appartenaient.

Sa Naissance et ses origines

Shajarat était une mamlouk. Les filles destinées au harem jouissaient d’une éducation et instruction poussées pour en faire des courtisanes raffinées.

Son lieu de naissance exacte est inconnu car elle est achetée comme esclave par Assaly Ayyoub futur sultan de l’Egypte dans le premier quart du 13ème siècle.

Ses origines

Selon les historiens, elle pourrait être bédouine, Adyguéenne, Grecque, Turque ou Arménienne. Décrite comme très belle, très intelligente, pieuse mais également très possessive, elle devint vite la favorite du futur sultan Al-Salih Ayyoub. Même son prénom nous est inconnu, « shajarat al-durr » est un surnom donné par le sultan qui signifie « arbre de perles ».

Alors qu’Al-Salih Ayyoub était en Jordanie, il rentra triomphalement en Egypte après une lutte de succession contre son frère.

Shajarat al durr fut la seule de ses favorites à l’accompagner. Peu après, elle donna naissance à un fils Khalil qui mourut malheureusement à l‘âge de six ans.

Son mariage avec le Sultan

Elle séduit le sultan al salih ayyoub et lui fit quitter femme et enfants, il abandonna aussi son harem avant de l’épouser.

Le sultan était cruel et impopulaire auprès du peuple et de la cour avant sa rencontre avec Shajarat. Passionnée depuis l’enfance par le pouvoir et la géopolitique, Shajarat va devenir une conseillère hors pair. Elle va tisser un réseau d’alliance et d’espions.

Elle était fine stratège politique mais aussi très diplomate. Sans son épouse, le sultan n’aurait pas entrepris et réussit ses conquêtes. Shajarat a également fait déjouer énormément de complots visant à tuer son époux.

Tout bascule quand les croisés à leur tête Saint-Louis sont arrivés sur le sol égyptien. A ce moment là, al Salih Ayyoub était à Damas. Pendant son absence, Shajarat al durr va jouer le rôle de régente et va organiser la défense de l’Egypte.

La mort du Sultan et la captivité du Roi de France

A peine Al Salih rentré qu’il meurt le 21 novembre 1249. Pour ne pas affoler les troupes, elle cache la mort de son époux en disant simplement qu’il est malade.

Elle interdit aux proches de rependre la nouvelle et elle fait livrer les repas du sultan pour faire croire qu’il est vivant.

Grace aux diverses stratégies de guerre de Shajarat et Baybar son bras droit et chef des armées, la victoire des musulmans fut écrasante ! Le roi de France fut capturé pour la première fois dans l’histoire de France.

Elle ordonna qu’il soit bien traité ainsi que sa femme et leur nouveau-né. Il fût surpris par l’éducation et le charme fascinant de Shajarat. 

Elle avait une imposante bibliothèque avec des livres du monde entier particulièrement de Jérusalem.

A son retour en France, il s’est énormément inspiré d’elle en s’intéressant aux livres, aux cultures étrangères mais aussi en faisant épurer les moulures de son château pour les rendre plus sobres et raffinées.

Umm Khalil, L’épouse d’al Malik Al salih

Le sermon du vendredi à la mosquée était dit en son nom : « Dieu protège la princesse., la servante d’al Malik al Salih la reine des musulmans, sauvegarde du monde et de sa religion » (ismat ad-dunia wa d’di)

 Umm khalil, la servante du calife Al mustaqim, l’épouse d’al malik Al salih.

La monnaie égyptienne

La monnaie égyptienne des années 1250 était frappée au nom de Shajarat al Durr, fait unique dans le monde médiéval!

La désignation de Shajarat al durr fait cependant quelques mécontents. Evidemment, les ayyoubides restant en Syrie refusent de reconnaitre celle qu’ils considèrent comme illégitime. Plus grave encore le califat de Bagdad s’y oppose également. Selon l’historien du 14e siècle Al Maqrizi, le calife aurait envoyé un message disant que si l’Egypte n’avait pas d’homme disponible il se ferait un plaisir de leur en envoyer un.

Ce refus est problématique pour la légitimation du nouveau régime puisque la tradition exige que le calife de Bagdad, autorité religieuse, approuve les sultans.

Son mariage avec Aybak qu’elle va faire assassiner

Le 21 juillet 1250, Shajarat épouse un mamelouk désigné par ses pairs, Aybak, et abdique à son profit. Cependant, il semble que pendant le règne de son époux, ce soit bel et bien Shajarat qui continue de gouverner en pratique, signant les décrets en son nom et en l’écartant des affaires d’Etat.

En 1257, Aybak prend une autre épouse, fille d’un ayyoubide. Se sentant trahie Shajarat le fait assassiner pendant son bain et tente de maquiller le crime.

Malheureusement, les servantes impliquées dans le meurtre finissent par avouer.

Des historiens français rendirent hommage à la sagesse et haute intelligence politique de cette souveraine « qui s’égalait soudain aux meilleurs hommes d’état. »

Comme mentionné plus haut, Shajarat Al-durr était très jalouse.

Lors de son mariage avec Al Malik Al Salih Ayyoub, celui-ci dut divorcer de sa première épouse pour pouvoir l’épouser.

Elle qui a capturé un roi de France, mis fin à une croisade et a déjoué des centaines de tentatives de coups d’état et d’assassinats, suite à cette erreur monumentale de commanditer le meurtre de son second époux Aybak, se fit arrêter par… une FEMME!

Shajarat n’a pas pensé au fait que son fils ne serait pas automatiquement au pouvoir. C’est l’ex femme d’Aybak qui est au pouvoir car ce dernier n’as pas encore atteint l’âge pour régner.

Cette dernière saisit l’occasion de se venger et fit battre à mort Shajarat qui succomba à ses blessures.

Triste fin mais finissions avec une touche positive comme d’habitude.

Retenons ici qu’une femme esclave dont on n’a même pas retrouvé le vrai nom est arrivée au pouvoir ! 

Estime-toi comme une esclave malheureuse et tu vivras comme une esclave malheureuse. Si Shajarat s’est libérée de ses chaînes tu peux te libérer des tiennes…

Il ne tient qu’à toi.

Si vous voulez en savoir plus sur Shajarat Al-durr, j’ai lu un livre qui retrace son histoire. Il est romancé et certains passages sont assez « chauds » mais rien de choquant à mon sens, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez le retrouver chez Al Bayyinah en cliquant ici. Al Bayyinah est également revendeur officiel de mon livre, retrouvez le en cliquant ici.

Avec tout mon amour, Habiba

Dis moi en commentaire qu’as-tu pensé de ce portrait ?

« Portrait de Femme: Khawla bint-al-azwar
Portrait de Femme: Maryam Al Astrubi »